Prix des libraires du Québec 2018 : Les grands gagnants dévoilés

Prix des libraires du Québec 2018 : Les grands gagnants dévoilésLe Prix des libraires du Québec, propulsé par l’Association des libraires du Québec, a annoncé en ce 9 mai les six auteurs du domaine adulte lauréats de l’édition 2018. De plus, c’est lors de cette soirée que fut couronné un libraire d’exception par le Prix de l’excellence. C’est lors d’un grand gala à l’Olympia de Montréal – le tout premier gala, organisé pour souligner en force le talent d’ici et réunir toutes les catégories que couvre ce prix – que les couronnements ont eu lieu.

Animée par Fanny Malette et Catherine Trudeau, cette soirée commençait sur un tapis rouge et qui s’est déroulée dans une profusion d’amour pour la littérature grâce à des extraits lus par des comédiens des livres des lauréats ainsi que grâce aux commentaires des libraires membres du jury sur les titres en lice.

Voici donc les grands gagnants, pour chacune des catégories, qui ont été honorés :


CATÉGORIE ROMAN QUÉBÉCOIS

La bête creuse, de Christophe Bernard (Le Quartanier)

À travers moult péripéties, éclats de rire et calamités de tout acabit, suivez les exploits et les déboires vertigineux des Bouge, des Bradley et de leur tortueuse descendance. Une histoire grosse comme le bras, belle comme une anguille, giboyeuse à souhait, gonflée, puissante, accaparante et qui colle à la peau comme une langue de génisse. Une langue, justement, dont l’usage impétueux anoblit l’art de la tournure, une langue aventureuse, ratoureuse et raboteuse, mais polie comme du bois de grève. Christophe Bernard, traducteur de profession, délaisse véritablement les mots des autres pour se forger un style qui lui appartient en propre, hardi, intrépide, ingénieux. Une lecture de grand chemin! (Philippe Fortin, librairie Marie-Laura)


CATÉGORIE POÉSIE QUÉBÉCOISE

Les adieux, René Lapierre (Les Herbes rouges)

Qu’est-ce que l’amour et que fait-il de nous à la fin? Question habilement fouillée où l’auteur, couvrant une période de cent années d’Histoire, trace un portrait lucide, amoureux et politique du monde. Une écriture savoureusement frondeuse qui porte un aplomb, une sagesse, une extase. Une poésie maîtrisée, habitée, d’une maturité qui force l’admiration. Pendant plusieurs mois, je n’ai pas eu la force de le finir, refusant cet adieu. Ce livre offert par le poète « comme une bienveillance » est un legs immense, de ces œuvres qui marqueront notre littérature nationale. À lire, que vous aimiez ou non la poésie. (Vanessa Bell, Les libraires) 

 

CATÉGORIE ROMAN ÉTRANGER

N’essuie jamais de larmes sans gants, Jonas Gardell (Gaïa/Alto)

On découvre ici Jonas Gardell, un auteur suédois dont on retiendra le nom tellement il nous livre peut-être l’un des plus grands romans de l’année. Avec N’essuie jamais de larmes sans gants le lecteur est plongé en plein coeur d’une Suède aux prises avec les balbutiements du SIDA en ses terres. Roman d’apprentissage, saga familiale, fresque social; rares sont les qualificatifs capables de rendre pleinement cette oeuvre qui tient en son coeur Rasmus et Benjamin qui, comme le lecteur, passeront au travers l’amour, la maladie et la mort.
(Jérémy Laniel, librairie Carcajou)

 

CATÉGORIE ESSAI QUEBECOIS

À nous la ville! Jonathan Durand Folco (Écosociété)

Dans le contexte de la ville néolibérale, est-ce que les villes peuvent être des vecteurs de changement politique et social? C’est ce que Durand Folco tente de répondre dans cet essai captivant. Celui-ci soutient qu’un espace politique doit être investi par les citoyens et la classe populaire comme contre-pouvoir. Avec des références théoriques et des expériences du Québec, de l’Espagne et du Kurdistan, l’auteur prône une stratégie politique de retour au municipalisme, c’est-à-dire de décentralisation des pouvoirs à l’échelle locale, comme espace de décision collective sur des enjeux sociaux, politiques et écologiques. Un essai qui nous offre une réflexion sur des possibles souhaitables pour un monde meilleur.
(Victor-Daniel Arriola, librairie Morency)

 

CATÉGORIE BANDE DESSINÉE QUÉBÉCOISE

Betty Boob, Julie Rocheleau et Véronique Cazot (Casterman)

Ce fut pour moi une belle surprise de découvrir cette bande dessinée. Avec cette couverture éclatée où des oiseaux sortent d’un sein du personnage, je ne savais pas où cette histoire allait me mener. Grâce aux dessins de la Montréalaise Julie Rocheleau, Véronique Cazot a su nous livrer un récit très touchant. On y retrouve Betty qui, du jour au lendemain, perd un de ses seins, son conjoint et son emploi à cause d’un cancer. Par des moyens les plus surprenants, elle se construira une nouvelle identité où tout lui sera possible. Cette présence d’images très burlesques allège le sujet principal de la maladie, mais surtout de ce deuil porté à l’absence d’un membre de notre corps. L’absence quasi totale du texte nous plonge davantage dans l’émotion du personnage plutôt que dans son contexte. Très belle découverte qui saura nous mettre le sourire aux lèvres.
(Émilie Bolduc, librairie Le Fureteur)

CATÉGORIE BANDE DESSINÉE ÉTRANGÈRE

Une soeur, Bastien Vivès (Casterman)

Alors qu’il s’apprête à passer ses vacances dans la maison d’été de sa famille, un garçon de 13 ans apprend que sa mère a fait une fausse couche avant sa naissance. En se réveillant le premier matin, il réalise que la fille de 16 ans d’une amie de sa mère partage sa chambre. Sera-t-elle sa grand soeur ou la source de ses premiers émois amoureux? Le dessin de Bastien Vivès apporte une touche onirique à cette histoire d’amourettes estivales.
(Marie-Hélène Vaugeois, librairie Vaugeois)

Rappelons que pour le domaine jeunesse, les gagnants sont connus depuis le 28 février dernier. Pour retrouver la liste des lauréats, c’est par ici.

www.prixdeslibraires.qc.ca

 

Publicités

Finalistes du Prix des Horizons imaginaires 2018

logo-hor-imaginaires

Lors du lancement officiel du Prix des Horizons imaginaires 2018, qui a eu lieu le mercredi 13 septembre à la Librairie de Verdun à Montréal, le Collège Marianopolis et les Horizons imaginaires ont dévoilé les cinq œuvres finalistes de la première édition intercollégiale du Prix des Horizons imaginaires, un nouveau prix littéraire des cégépiens axé sur la science-fiction et le fantastique.

Des étudiants de divers établissements du réseau collégial découvriront ainsi les cinq romans suivants entre les mois d’octobre et avril, avant de décerner le Prix en mai prochain dans le cadre de la 39e édition du Congrès Boréal, à Montréal :

Les Rivières suivi de Les montagnes, de François Blais (Éditions de L’instant même)
La chambre verte, de Martine Desjardins (Éditions Alto)
Et si le diable le permet, de Cédric Ferrand (Éditions Les moutons électriques)
Les Cendres de Sedna, d’Ariane Gélinas (Éditions Alire)
Rénovation, de Renaud Jean (Éditions du Boréal)

(Tous ces livres sont, bien entendu, offerts à la Librairie de Verdun)


Ces œuvres ont été choisies par un comité de sélection formé de l’auteure et critique littéraire Geneviève Blouin, de la libraire Catherine Bond (Librairie Monet), du critique littéraire et libraire Pierre-Alexandre Bonin (Librairie Monet), de la cofondatrice des Étranges lectures et critique littéraire Emmanuelle Cartier et du directeur littéraire de la République du Centaure et enseignant au Collège de Bois-de-Boulogne Alain Ducharme. Ceux-ci ont étudié 34 œuvres qui respectaient les critères d’admissibilité du prix, soit des textes narratifs longs appartenant aux littératures de l’imaginaire (science-fiction, fantastique, horreur, fantasy, réalisme magique, etc.), écrits en français par des auteurs canadiens et publiés pour la première fois dans des collections professionnelles destinées à des lecteurs adultes. La majorité des éditeurs qui ont soumis une œuvre au comité sont établis au Québec, mais des candidatures sont aussi parvenues au comité en
provenance de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et de France.

20170913-dsc_1729-768x513
Quelques finalistes, partenaires et membres de l’équipe des Horizons imaginaires ! – Crédit © Danila Razykov / Horizons Imaginaires

La sélection de cette année met de l’avant des œuvres étonnantes, qui jouent chacune à sa façon sur la frontière entre le réel et le surnaturel : figures légendaires et réinventées de l’histoire et du folklore canadiens, mécaniques narratives qui mêlent l’absurde à l’horreur, clins d’œil aux classiques de la littérature de genre, styles distincts et maîtrisés; ces cinq livres ont tout pour plaire aux nouveaux jurés étudiants !

Le prix permet aux collégiens de développer leur goût pour la lecture et de stimuler leur jugement critique, grâce à la découverte d’œuvres curieuses et inspirantes qui rendent bien compte de la production actuelle des littératures de l’imaginaire francophones d’ici. Le prix s’inspire du Prix littéraire des collégiens et du Prix Imaginales des lycéens : les étudiants agiront en tant que jurés littéraires tout au long de l’année scolaire 2017-2018, liront les œuvres, en discuteront dans le cadre d’activités encadrées par des employés des collèges et participeront à des rencontres avec les auteurs. Des représentants  étudiants de tous les établissements se réuniront en mai 2018, durant le Congrès Boréal, afin d’élire l’œuvre lauréate.

Les établissements qui souhaitent inscrire leurs étudiants aux activités du Prix des Horizons imaginaires peuvent le faire dès maintenant, en contactant le coordinateur des Horizons imaginaires, Mathieu LauzonDicso.

Les groupes de lecteurs devront être encadrés par un employé du collège (enseignant de n’importe quelle discipline, bibliothécaire, technicien en loisirs, etc.), qui veillera au bon déroulement des activités locales.

Le Prix des Horizons imaginaires tient à remercier ses partenaires officiels, soit la Librairie de Verdun, la corporation SFSF Boréal et les revues Solaris et Brins d’éternité, toutes des organismes culturels qui ont à cœur le rayonnement des littératures de l’imaginaire d’ici.

Conçu à Marianopolis et appuyé par la direction du collège, le projet des Horizons imaginaires est une plateforme de promotion des genres de l’imaginaire qui propose, en plus de son prix, un blogue culturel dont le contenu est créé par des collégiens. Près d’une vingtaine d’étudiants passionnés de science-fiction et de fantastique, appuyés par leur professeur de français, Mathieu Lauzon-Dicso, ont collaboré à son lancement
officiel en avril 2017.

Le Collège Marianopolis, un établissement d’enseignement anglophone, est reconnu comme un des meilleurs collèges préuniversitaires au Québec. Il offre des programmes d’enseignement à près de 2 000 étudiants d’origines culturelles variées, sélectionnés parmi les meilleurs diplômés d’écoles secondaires publiques et privées, de langue anglaise et française, de la province et d’ailleurs.

affiche_-_prix_des_horizons_imaginaires_2018-724x1024

Pour en savoir davantage sur les Horizons imaginaires et sur le prix, visitez le site :
www.horizonsimaginaires.ca

 

 

Listes préliminaires du Prix des libraires du Québec

logo_roman

Les très attendues listes préliminaires du Prix des libraires du Québec, catégories Roman et Poésie québécoise, ont été dévoilées à la Maison des libraires lors de l’inauguration du Salon du livre de Montréal. Coordonné par l’Association des libraires du Québec (ALQ), ce prix littéraire met en lumière le rôle essentiel des libraires, celui de découvrir et partager, tout en honorant des auteurs dont les œuvres se sont imposées cette année par leur qualité littéraire et leur originalité.

LISTE PRÉLIMINAIRE 2017 // CATÉGORIE ROMAN QUÉBÉCOIS
Dans l’oeil du soleil, Deni Ellis Béchard (Alto)
Autour d’elle, Sophie Bienvenu (Le Cheval d’août)
Déterrer les os, Fanie Demeule (Hamac)
La chambre verte, Martine Desjardins (Alto)
Le poids de la neige, Christian Guay-Poliquin (La Peuplade)
Moussaka, Éric Ilhareguy (Les allusifs)
Le plongeur, Stéphane Larue (Le Quartanier)
Ukraine à fragmentation, Frédérick Lavoie (La Peuplade)
Corps conducteurs, Sean Michaels (Alto)
Mostarghia, Maya Ombasic (VLB)
Étincelle, Michèle Plomer (Marchand de feuilles)
Suisen, Aki Shimazaki (Leméac/Actes Sud)

LISTE PRÉLIMINAIRE 2017 // CATÉGORIE ROMAN HORS QUÉBEC
Moi contre les États-Unis d’Amérique, Paul Beatty (Cambourakis)
Troupe 52, Nick Cutter (Alto)
Être ici est une splendeur : Vie de Paula M. Becker, Marie Darrieussecq (P.O.L)
Le Jardin des Sept Crépuscules, Miquel de Palol (Zulma)
L’ombre de nos nuits, Gaëlle Josse (Notabilia)
I love Dick, Chris Kraus (Flammarion)
Le Garçon, Marcus Malte (Zulma)
Continuer, Laurent Mauvignier (De Minuit)
La faim blanche, Aki Ollikainen (La Peuplade)
Le grand marin, Catherine Poulain (De l’Olivier)
Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, Salman Rushdie (Actes Sud)
Station Eleven, Emily St. John Mandel (Alto)

LISTE PRÉLIMINAIRE 2017 // CATÉGORIE POÉSIE QUÉBÉCOISE
Ma tête est forte de celle qui danse, Martine Audet (Du Noroît)
mèche, sébastien b gagnon (L’Oie de Cravan)
La main invisible, Charles Dionne (Le Quartanier)
animalumière, toino dumas (Le lézard amoureux)
Bec-de-lièvre, Annie Lafleur (Le Quartanier)
Les volcans sentent la coconut, Jean-Christophe Réhel (Del Busso)
la forme du jour, Élise Turcotte (Du Noroît)
Last call les murènes, Maude Veilleux (L’écrou)

Les finalistes des catégories Roman et Poésie québécoise seront dévoilés le jeudi 2 février 2017. Les lauréat(e)s de la catégorie Roman seront couronnés le lundi 8 mai 2017 au Lion d’Or à Montréal.

Le(la) lauréat(e) de la catégorie Roman québécois se méritera une bourse de 10 000$ offerte par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ).

Le Festival de la poésie de Montréal est heureux de s’associer au Prix des libraires du Québec dans la catégorie Poésie québécoise en contribuant à la bourse du (de la) lauréat(e), au montant de 2000$, de même qu’en collaborant à la promotion du Prix à travers la campagne de mise en marché du Festival, qui se déroulera à la fin du mois de mai 2017.

Plusieurs de ces titres sont parmi des « Choix des libraires » chez-nous et tous ces livres sont disponibles à la Librairie de Verdun !

Quels sont vos livres préférés de cette liste ?

 

Prix Aurora/Boréal du meilleur roman a été attribué à Philippe-Aubert Côté

Le Prix Auroa/Boréal du Meilleur roman de science-fiction, de fantastique ou de fantasy publié en français par un(e) écrivain(e) canadien(ne) et parue au Canada durant l’année 2015 a été remis à Philippe-Aubert Côté pour son roman « Le Jeu du Démiurge » (éditions Alire).

Le congrès Boréal est le principal congrès de littérature de science-fiction, fantastique, fantasy, imaginaire et horreur au Québec. C’est le rendez-vous des auteurs professionnels et amateurs, éditeurs et lecteurs de genre. Une foule d’activités y sont organisées dont des tables rondes, des conférences, un colloque, des projections, des contes, des séances de signatures et bien d’autres données par les grands noms et les sommités du milieu littéraire.

Voici la liste des finalistes et des gagnants pour cette année:

Prix Aurora-Boréal • Meilleur roman

9782896151332Meilleur roman de science-fiction, de fantastique ou de fantasy publié en français par un(e) écrivain(e) canadien(ne) et parue au Canada durant l’année 2015.

Philippe-Aubert Côté:  « Le Jeu du Démiurge » (Alire)
Frédérick Durand: Au rendez-vous des courtisans glacés (version intégrale) (Les Six Brumes)
Frédérick Durand: Quand s’éteindra la dernière chandelle (Black Coat Press)
Éric Gauthier: La grande mort de mononc’ Morbide (Alire)
Yves Meynard: Les Marches de la lune morte (Alire)

Prix Aurora-Boréal • Meilleure nouvelle

9782896158133Meilleure nouvelle de science-fiction, de fantastique ou de fantasy publiée en français par un(e) écrivain(e) canadien(ne) et parue au Canada durant l’année 2015.

Geneviève Blouin: « L’Enchanteresse portait des Lévi’s » (Solaris 195)
Élise Lucie Henripin: « Baptême » (Clair/Obscur 13)
Pierre-Luc Lafrance: « Dans ses pas » (L’arracheur de rêves, Les Six Brumes)
Jean-Louis Trudel: « Garder un phénix en cage » (Solaris 195)
Guillaume Voisine: « Le contraste de l’éternité » (Bizarro, La Maison des viscères)

Prix Aurora-Boréal • Meilleur ouvrage connexe

Meilleures critiques littéraire, revue, recension de livre, ouvrages de critiques, scénario, anthologie ou recueil de science-fiction, de fantastique ou de fantasy publié en français au cours de l’année 2015 en français, par un(e) Canadien(ne).

Pierre-Alexandre Bonin : Article « Je me souviens : modalités de la mémoire artificielle chez Isaac Asimov et Philippe K. Dick » (Solaris 196)
Brins d’éternité : Revue, ed. Ariane Gélinas, Alamo St-Jean et Guillaume Voisine
Pierre-Luc Lafrance : Recueil L’arracheur de rêves (Les Six Brumes)
Solaris : Revue, ed. Joël Champetier
Mario Tessier : Chronique « Les Carnets du Futurible » (Solaris 193-196)

Prix Boréal • Création artistique audiovisuelle

Bédéistes, illustrateurs, peintres, sculpteurs, réalisateurs cinématographiques, réalisateurs en animation, musiciens dont l’œuvre relève en tout ou en partie de la science-fiction, du fantastique et de la fantasy. Il n’y aura qu’une seule inscription par artiste. L’ensemble de sa production de l’année qui précède la remise des prix y sera rattachée.

Grégory Fromenteau : Couvertures, Le Jeu du Démiurge, Les Marches de la Lune morte, etc.
Marie-Claude Landry [Mary Khaos] : Couvertures, Quand s’éteindra la dernière chandelle, Écorché, Bizarro, etc.
Érick Lefebvre : Couverture, Clair/Obscur 13, illustrations, Brins d’éternité 40-41, etc.
Émilie Léger : Couvertures, Brins d’éternité 40, Solaris 195; illustrations, Solaris 196, etc.
Laurine Spehner : Couverture, La Grande Mort de mononc’ Morbide, illustrations, Solaris 193-194, 196, etc.

Prix Boréal • Fanédition

Contributions non-professionnelles à l’enrichissement du milieu qui ne peuvent être classées dans les catégories précédentes. Sont admissibles, entre autres, les associations, fanzines, webzines et blogues. Un webzine ou blogue doit avoir publié durant l’année qui précède la remise du prix un minimum de 10 billets ou contributions relevant de la science-fiction, du fantastique ou de la fantasy, à condition qu’il ne soit pas uniquement consacré aux annonces auto-promotionnelles.

Clair/Obscur (fanzine) – revueclairobscur.ca
Isabelle Lauzon (blogue) – laplumevolage.blogspot.ca
Jonathan Reynolds (blogue) – aveugle.wordpress.com
La Horde Geek (webzine) – lahordegeek.com
République du Centaure (webzine) – republique.sixbrumes.com
Michèle Laframboise (blogue) – savantefolle.wordpress.com


Plus d’informations sur le congrès Boreal.

Félicitations aux gagnants !

Luc Chartrand remporte le Prix Tenebris avec « L’affaire Myosotis »

L’auteur et journaliste Luc Chartrand a remporté le prix Tenebris avec son deuxième roman « L’affaire Myosotis » paru aux éditions Québec-Amérique.

13220932_1037519162996200_1331613300747706181_n

Photos © Guy Raymond –  Les Printemps meurtriers de Knowlton.

9782764428344L’auteur et journaliste Luc Chartrand a remporté le prix Tenebris avec son deuxième roman « L’affaire Myosotis » paru aux éditions Québec-Amérique.

 

Ce prix récompense le meilleur roman en littérature policière de langue française distribué au Québec. Le romancier et journaliste a reçu une bourse de 1500 $. Il avait aussi reçu le prix Saint-Pacôme du roman policier, l’automne dernier.

Lire la suite de « Luc Chartrand remporte le Prix Tenebris avec « L’affaire Myosotis » »

Prix des libraires 2016 : deux auteures féminines remportent les honneurs !

Les libraires du Québec ont rendu leur verdict : ce sont Anaïs Barbeau-Lavalette (La femme qui fuit, Marchand de feuilles), catégorie Roman québécois et Elena Ferrante (L’amie prodigieuse, Gallimard), catégorie Roman hors Québec, qui sont couronnées du prestigieux Prix des libraires du Québec.

13147477_10154155673652445_6286182988395681125_o

Ce prix littéraire, coordonné par l’Association des libraires du Québec (ALQ) depuis 23 ans, permet également aux libraires de faire rayonner leur profession. Ces gens passionnées contribuent par leurs conseils éclairés à la diffusion du livre et de la lecture. Lire la suite de « Prix des libraires 2016 : deux auteures féminines remportent les honneurs ! »

Chronique radio : Prix des libraires du Québec

banniere CKVL

Notre libraire Caroline discute du Prix des libraires du Québec et vous propose les 10 titres en nomination dans la catégorie romans adultes Québec et Hors-Québec.

Écoutez la chronique :  Lire la suite de « Chronique radio : Prix des libraires du Québec »